L’histoire d’un homme

Aujourd’hui après plusieurs demandes et recherches je vais vous présenter un témoignage d’un jeune homme atteint de TCA, en le remerciant d’avoir accepté de nous raconter son histoire.

Mes TCA se sont déclarés pour ma part dès la naissance puis par la suite différentes expérience plus ou moins traumatisantes m’y ont maintenu mais sans que j’en ai vraiment conscience.

Faut dire aussi que très tôt (fin d’enfance/début d’adolescence), je me suis retrouvé avec d’autres soucis tout aussi préoccupants voir plus (délinquance, drogues, alcool pour ne citer que les principales) qui me les ont plus ou moins occulté.

Ce n’est que bien plus tard alors que je sortais de tout ça vers la fin de ma vie de jeune homme que je m’en suis rendu compte au travers d’une jeune femme connaissant le problème de l’anorexie et que j’ai voulu aider.
Je me suis alors documenté et ai beaucoup lu d’ouvrages traitant du problème; ça a été dans mon cas très perturbant dans le sens ou je me suis retrouvé dans la manière de m’alimenter d’une part mais surtout au travers des schémas de pensés que je partageais à 95% je dirai avec la plupart des témoignages dont je prenais connaissance au travers de mes différentes lectures. Je cache pas que ça a été un véritable choc mais que j’ai tout de même décidé d’occulter dans un 1er temps. Difficile d’accepter une aussi grand part de « féminité » pour un mec parfaitement hétéro (j’en suis sur je précise) mais se sentant coupable d’être un homme (et je sais c’est paradoxal mais c’est comme ça)

Donc dans cette optique on peut effectivement se dire que certaines causes et conséquences se rejoignent.

Cela dit et comme le soulignais très justement minty de mon avis, la physiologie reste tout de même fondamentalement différente entre un homme et une femme tout comme les pressions sociales et financières et je pense que si pour une femme le problème de cosmétique reste une préoccupation d’ordre primaire, pour les hommes c’est la la pression sociale et financière qui prime à priori même si de mon avis et dans nos sociétés actuelles, ces différences ont tendance à s’amenuiser très rapidement et de manière exponentielle. Les causes et conséquences ont donc tendance à se rejoindre de plus en plus en plus.

Encore maintenant j’arrive à subir des variations de poids allant jusqu’à 16kgs sur des périodes d’environ 3 semaines à 1 mois, le tout justement sur des périodes d’activités réduites pfff.
Et après je me plains de me sentir fatigué bien sur tout en sachant pourquoi mais en refusant systématiquement de le reconnaître véritablement… Mais rien à faire, si à lors de moments de lucidité (que j’arrive à trouver en partie grâce à mes interventions d’ailleurs), bien souvent j’arrive à me convaincre que c’est normal.

Pour ma part ce n’est finalement pas tant le poids non plus (quoi que…?) mais plutôt la silhouette qui m’importe 😉

Pour le poids originel, il a toujours été en dessous, je en sais donc pas vraiment ce que je dois rechercher, tout ce que je sais c’est que je ne veux pas prendre de volume et encore moins de ventre.

– anonyme, 44 ans-

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s